Potage aux lentilles

Dans la série Manger vite et bien avec presque rien, je vous propose une recette trouvée au dos de l'emballage d'un paquet de lentilles.

Comme pour la recette du velouté aux légumes oubliés, il vous faut vous procurer quelques légumes (carottes, panais ou tout autre que vous affectionnez particulièrement), et du bouillon. A cela vous ajoutez 200g de lentilles, du beurre, 100g de lardons et de la poudre de curry.

Marche à suivre pour 4 personnes

  1. Faire tremper les lentilles 2-3 heures dans de l'eau à l'avance.
  2. Faire suer un oignon haché dans 10g de beurre dans une grande casserole pouvant contenir au moins 2 litres de liquide.
  3. Y rajouter les légumes coupés en rondelles ou petits morceaux, et les étuver 5 minutes.
  4. Faire bouillir 1.5 litres d'eau.
  5. Verser dans la casserole les lentilles, et les étuver 5 minutes.
  6. Jeter un cube de bouillon dans la casserole, et les 1.5 litres d'eau chaude que vous avez fait bouillir, touiller un coup et laisser mijoter à feu moyen à couvert pendant 20 minutes.
  7. Faire dorer les lardons dans une poêle et les mettre dans un bol une fois devenus croustillants.
  8. Assaisonner de sel, poivre et poudre de curry selon votre goût, puis servir bien chaud dans une assiette creuse en parsemant de lardons.

Astuce

Nous cuisinons pour 4 personnes alors que nous ne sommes que 2.5. Mais cela nous permet d'avoir des restes et donc de gagner du temps pour s'adonner à des activités plus fun (comme, genre, rédiger un article sur ce blog à propos de ce qu'on a concocté...).

Dans ce cas précis, j'ai dégusté ce potage aux lentilles cuisiné hier à midi dans mon bureau, et c'est encore drôlement bon.

Système d’échange de biens et de services

Comment faire pour économiser des sous quand on dépense 1.5 à 2 fois plus pour manger bio et s'habiller équitable ? Acheter des objets d'occasion et échanger des services : eh oui, revenir au temps du troc, c'est non seulement économique, mais en plus, c'est super tendance. Voici un petit panorama de ce qui est proposé dans la région.

Easyswap : le troc du 21e siècle

Tire-bouchon de combat
Tire-bouchon de combat

La plate-forme d'échange de biens et de services easyswap.org a été lancée l'automne passée. Elle est flambant neuve. Il s'y passe pas grand chose : 1100 membres, 1400 offres ou recherches, et seulement 300 échanges réalisés fin février 2009.

Du coup, pour faire fonctionner le système, il leur faut trouver de nouveaux membres, faire de la pub et surtout améliorer leur site. Et les malins, ils ont su trouver une parade au destin tragique d'une plate-forme peu utilisée : donner des swaps (1 swap = 1 franc suisse, tout se déroule en swap sur easyswap).

Comment gagner des swaps

Tout membre peut obtenir des swaps en trouvant de nouveaux swapeurs (30 swaps pour le parrain et son parrainé), distribuant des flyers (20 swaps l'heure), ou leur donnant des conseils pour leur site web (5 swaps le conseil).

Et là, ça marche du tonnerre, en tout cas avec moi : je leur fais de la pub en parlant d'eux, je vous encourage à vous y inscrire et à indiquer mon login (swapitu) pour avoir 30 swaps au compteur, et à leur prodiguer moult conseils à propos de leur site web. Il y a même un concours du plus productif parrain en ce moment : les meilleurs gagneront un téléphone portable, un VTT ou une imprimante.

Je viens de m'y inscrire pour tester le système, et surtout pour me débarrasser d'un tire-bouchon de combat que ma mère m'a offert alors qu'on boit une bouteille l'an (est-ce que j'ai déjà mentionné qu'elle était shopaholic ?).

Troc par ici

SEL-Lausanne et Tandem

En cherchant à échanger des cours de langue (français/suisse-allemand), je suis tombée sur le site d'échange SELL basé à Lausanne. Je n'ai malheureusement pas trouvé de mangeur de rösti par là-bas et les dates des annonces me paraissent indiquer peu de vie sur cette plate-forme.

Finalement, je me suis inscrite au serveur Tandem de l'UNIL. Ca grésille un peu plus de la gorge par là-bas, mais après quelques prises de rendez-vous infructueuses, j'avoue que j'ai un peu laissé tomber.

Trocs Savoirs

Dans mes pérégrinations au sujet des trocs de la région, je suis tombée sur Trocs Savoirs de Vevey (n'est-ce pas une ville charmante et pleine de ressources ?). Les échanges sont ici restreints aux savoirs, mais voyez un peu la liste des dernières activités : taille des rosiers, danse en cercle ou chant spontané... c'est sûr, Monsieur21 va être ravi d'y participer.

Autres trocs romands

Troc Affaire vous permet d'échanger des biens et des services, mais le système est basé sur des échanges "directs" uniquement. Par ex. si je veux un pot de fleur contre mon tire-bouchon de combat, je suis obligée de trouver une personne offrant un pot de fleur et qui souhaite acquérir un magnifique tire-bouchon. Autant dire que je risque de me coltiner ce tire-bouchon encore un moment...

J'ai aussi trouvé Troc-Actif, mais il s'adresse uniquement aux Valaisans (et encore, seulement ceux de Sierre ou Sion de préférence... c'est pas du local local, ça ?).

S’habiller équitable

En cette période d'accalmie commerciale (après Noël et après les soldes de janvier), je me suis pris le temps de chercher les possibilités de s'habiller de manière cool, bio et équitable dans la région. Parce qu'en période de soldes, c'est juste pas possible de résister à mes pulsions : un 50% ou un 70%, c'est plus fort que moi, ça attire le regard. C'est atavique, ma mère est une shopaholic, et même si mon père a réussi à bien diluer ce trait, ben, y a quand même des restes.

Monsieur21, lui, n'a pas ce genre de problème existentiel : il ne s'achète jamais rien.

Pourquoi acheter équitable ?

Tout simplement parce quelques francs de plus sur le prix total d'un vêtement équitable, cela me semble ne pas changer grand chose lors de son achat, mais cela fait beaucoup en bout de chaîne dans le bol de riz du petit chinois ou indien qui l'a cousu.

OK, la chaîne, elle est peut-être super longue, et c'est souvent difficile d'avoir le bon réflexe et puis, dans les commerces, on nous présente essentiellement des habits pas équitables. Mais dans certains pays, ils affichent des photos de poumons cancéreux sur les paquets de cigarettes, alors finalement, il me suffirait d'imaginer la photo du petit chinois sur l'étiquette du vêtement convoité...

Bee Happy !

La boutique Bee Generation a ouvert en novembre 2008 à Vevey pas loin du lac. C'est grand, c'est beau. On a envie de tout toucher et tout... acheter 🙂 Habits, sous-vêtements, accessoires, cosmétiques : je m'y suis procuré un caleçon pour Monsieur21 pour Noël. C'est pas donné, mais c'est doux au toucher, et on espère que ça durera longtemps.

Vevey, c'est ma ville. Le bord du lac est magnifique. Y aller, ce n'est pas faire un détour, c'est faire une excursion inoubliable. Et puis surtout, ma mère y habite.

Sortie de Secours

Sur Lausanne, j'ai tenté de passer à la boutique Sortie de Secours (rue St-Roch 2), mais elle était malheureusement fermée à mon arrivée inopinée.  [Edit 2015 : le site de la boutique n'existe plus, la boutique non plus j'imagine]

Coop

Je me suis donc rabattue sur la Coop tout près, ayant déjà acheté des collants Naturaline Bio Cotton pour Bébé21 (autour de 8.- le collant), j'ai pensé qu'ils devaient aussi offrir une ligne de vêtements pour les grands. J'ai pu donc acheter des chaussettes et un caleçon Naturaline (pour Monsieur21 toujours, c'était pour la St-Valentin... si, si, je trouve que c'est super sexy les chaussettes d'homme).

Switcher

Pour ceux et celles qui ont le style décontracté et sportif, Switcher qui a des points de distribution un peu partout est une bonne solution : très engagée dans le développement durable, cette entreprise suisse me semble assez exemplaire.

J'ai une bonne quantité de T-shirts Switcher, et la qualité y est : ils ne s'usent pas malgré une utilisation intensive. Monsieur21 en a aussi toute une collection : il en a eu droit à 1 ou 2 de couleur différente chaque année (j'alterne les cols en V ou ronds pour faire un peu original).

Velouté aux légumes oubliés (ou potage maison en clair)

Une fois que vous avez obtenu des légumes bio de saison (voir l'article sur le Jardin Potager), se faire un repas équilibré rapidos, c'est pas compliqué.

Une recette saine vite fait

LA recette de l'hiver super facile, rapide et succulente : le potage maison (ou le velouté aux légumes oubliés si on veut se la péter aux chandelles) pour 4 personnes.

  1. Dans une grande casserole, faire suer un oignon coupé en rondelles dans un peu d'huile d'olive ou d'arachide, mais pas de colza (voir correctif ci-dessous) car elle se dégrade à haute température.
  2. Faire bouillir 0.5 litre d'eau dans une bouilloire.
  3. Peler et couper en cubes quelques légumes oubliés de saison (carottes, panais, choux fleur, ou tout légume qui peut vous faire froncer les sourcils à sa seule vue, genre radis noir), et les jeter dans la casserole.

    Combien "quelques" ? Euh, ben à peu près jusqu'à remplir la moitié d'une grande casserole...

    Légumes oubliés... par la société et redécouverts par les producteurs, ou simplement oubliés par vous-même au fond du frigo et trop mous pour être apprétés autrement que mixés (ce qui est le cas le plus fréquent chez nous).

  4. Ajouter un cube de bouillon et l'eau bouillante aux légumes qui crépitent dans la casserole, et amener le tout à ébullition.
  5. Cuire 10-15 minutes à feu moyen, puis passer au mixeur.
  6. Si vous aimez les potages bien liquides, ne vous gênez pas à mettre plus d'eau.
  7. Si vous aimez les potages onctueux, rajoutez un filet de crème fraîche avant de servir (si vous rajoutez la crème directement dans la casserole, le potage se conservera moins longtemps.

Vous pouvez accompagner ce potage d'une tranche de pain complet et d'un bout de bon fromage, et hop, le tour est joué pour respecter la pyramide alimentaire.

Correctif du 09.06.2009

Une Amie21 m'a fait remarquer que certaines huiles se dénaturent avec la chaleur, en particulier l'huile de colza. Mais une huile de colza suisse spéciale cuisson HOLL (High Oleic Low Linolenic) vient de sortir à la Migros à 4.80 le litre.

Le Jardin Potager

Comment faire pour manger de manière saine et goûtue, sans passer des heures en cuisine ? S'inscrire à un système de distribution de légumes bio cultivés par le paysan du coin est une première piste.

Consommer des fruits et légumes de saison

Au (super)marché

Regarder quels sont les fruits et légumes de saison en faisant les courses est une habitude que nous avons prise récemment. Et c'est finalement pas si compliqué : il suffit souvent de prendre des produits suisses. Manger local, ça a le double avantage d'ingurgiter des produits qui ont du goût (sérieux, les fraises en hiver, elles me font toujours douter si c'est pas du plastique bien déguisé), et de ne pas avoir mauvaise conscience de faire venir des choses de l'autre bout du monde (5 litres d'essence pour faire venir en Suisse 1 botte d'asperges du Mexique, paraît-il).

A la maison

Idéalement, il nous faudrait faire pousser nos légumes dans un jardin potager là où nous habitons : plus local tu meurs ! Elle est super cette idée, sauf que nous, on habite au 2e étage d'un immeuble.

Le Jardin Potager

Une solution que nous avons trouvée est la coopérative Le Jardin Potager qui, avec un abonnement à l'année, nous permet de recevoir un panier de fruits et légumes bio de saison chaque semaine.

Composition du Petit Panier

Nous avons pris l'option Petit Panier et voici ce que nous avons reçu cette semaine.

Légumes du Jardin Potager cette semaine
Légumes du Jardin Potager cette semaine
  1. 1 kg de pommes de terre Victoria
  2. 900 g de carottes
  3. 500 g de panais
  4. 600 g de chou rave (rutabaga)
  5. 100 g de rampon
  6. 500 g choux de Bruxelles

Combien ça coûte

L'abonnement Petit Panier coûte 850.-/an et 3 demi-journées d'aide à la production (qu'on peut courber si on ne se sent pas la main verte moyennant 65.- la demi-journée). Il faut ajouter à cela 220.- (parts sociales et frais de base) qu'on paie "à perte" la première année.

En recherchant les prix au kilo de ces légumes bio dans les magasins en ligne, je suis arrivée à une valeur du panier de 25.60, ce qui est assez correct vu qu'on paie 28.10 le panier la première année (pour amortir les frais d'inscription), puis 23.20 les années suivantes.

Ca c'est si vous faites les citadins précieux et fainéants comme nous qui n'allons pas donner un coup de main aux champs (les fameuses demi-journées d'aide). Parce que si vous faites consciencieusement vos demi-journées, le prix du panier chute à 18.90.

Les avantages

  • Nous découvrons plein de légumes super rigolos (les panais : enfants bâtards d'une carotte tombée amoureuse d'une patate, le céleri-rave, le pâtisson, ou encore le radis noir... mais j'avoue que ce dernier est un peu notre hantise hebdomadaire).
  • Nous nous régalons de recettes trouvées sur internet, parce que ces légumes qui débarquent chez nous, ben on se sent un peu obligés de les manger d'une manière ou d'une autre... déjà que certains ont une tête qui ne nous revient pas, alors autant qu'on les apprête d'une manière savoureuse !
  • Nous mangeons plus de légumes qu'avant, et ça, c'est bon pour la santé (le fameux 5-légumes-et-fruits-par-jour, on se le fait fastoche), surtout s'ils sont bio en plus...
  • Ca coûte pas plus cher que d'acheter des légumes bio au supermarché.
  • Nous recevons une fois par mois un produit découverte, super rigolo aussi (moutarde gros grain, fondue au chèvre, vin cuit, farine intégrale bio, etc.).

Les inconvénients

  • Manger bio, ça coûte un peu plus cher que pas bio : le facteur est de 1.5 fois plus cher.
  • Relativement aux autres système du même style (Les Jardins du Flon, qui sont pas bio par contre), nous avons moins de fruits et de produits finis.
  • Chaque semaine, il faut laver son panier en plastique (j'ai dit qu'on était paresseux) et ne pas oublier de le rapporter au lieu de distribution (j'ai oublié de dire qu'on était aussi très distraits...).