La caisse maladie publique : épisode 2

Suite de l'épisode 1...

Une votation biaisée

Non à la caisse publique
Non à la caisse publique

Je ne parlerai pas des 5 millions dépensés pour la campagne des opposants à la Caisse publique. Les initiants et leurs 200 petites patates peuvent aller se rhabiller.

Je ne parlerai pas non plus des propos alarmistes des opposants à la caisse publique (c'est la fin de notre système de santé ! on va tous mourir ! ou pire : on va avoir un système de santé à la française...).

Pour une fois, je suis très réaliste et en raison d'une "erreur" de traduction en allemand, les Suisses de l'autre côté de la Sarine vont dire non car ils votent sur un texte fondamentalement différent : LES primeS fixées par canton deviennent UNE prime UNIQUE fixée par canton. Le PDC, le parti des familles, s'en est ému et en a fait son cheval de bataille, vu qu'une seule prime induit la disparition des primes basses pour les enfants.

La caisse publique... pas encore née et déjà enterrée.

Une morte

La Lamal part d'une intention de solidarité : jeune-vieux, homme-femme, malade-bien portant. Nous payons la même prime basée sur les critères suivants uniquement : la région, l'âge, la franchise et le modèle choisi (ordinaire, HMO, médecin de famille etc.). Par ex. La femme ou l'homme à tout faire d'un couple richissime qui habite dans la même région que ses employeurs paiera la même prime que sa patronne du même âge. Quel que soit son salaire, sa situation familiale et sa santé générale.

Le principe de l'assurance maladie sociale me parle bien : même si je n'utilise pas du tout mon assurance maladie, d'autres en profitent : les malades, les vieux... et un jour, ce sera peut-être mon tour (ou celui de personnes proches) d'être grabataire !

La force d’une société se mesure à sa capacité de s’occuper des plus faibles.

I. Cassis, conseiller national PLR

D'un point de vue socialiste, ce n'est pas très juste que la nana plein aux as sans enfants paie la même chose que sa voisine avec sa floppée de marmots sans aide sociale. Le PS a voulu corriger cela en proposant en votation 2007 une caisse maladie unique et sociale où les primes seraient en relation avec les revenus. Les Suisses n'en n'ont pas voulu. Temps présent a enquêté sur cette histoire et nous révèle en 2011 comment on a tué la caisse unique.

De l'argent... beaucoup beaucoup d'argent

Un peu de raisonnement logique

Hypothèses :

J'en conclus qu'une caisse maladie a un intérêt financier à faire la chasse aux bons risques. Mais... où va donc l'argent économisé avec les bons risques ? Dans sa réserve comptable...

Si un assureur enregistre des recettes supérieures aux dépenses pendant une année, la différence est inscrite dans le compte des réserves.

Santésuisse, les réserves dans l'assurance obligatoire des soins

Or c'est là que le bât blesse : si une réserve minimale est dictée par la loi, il n'y a pas de limite maximale. Alors les réserves s'accumulent chaque année.

En résumé, les caisses se constituent des réserves phénoménales sur le dos des assurés (vaudois) et ne veulent pas nous rendre cet argent qui nous appartient.

Le remboursement des primes payées en trop : l'escroquerie continue

Dans ces fameuses réserves dorment les 600 millions payés en trop par les Vaudois de 1996 à 2011. Une bagatelle. Des fois, je trouve qu'on chipote et râle pour pas grand chose au Pays de Vaud. Les Genevois dans la même situation voulaient carrément faire preuve de désobéissance citoyenne en refusant de contribuer à la péréquation fédérale, tss tss tss, sacrés Genevois !

Sur les 2 milliards de primes payées en trop par tous les cantons lésés, 800 millions seront remboursées à partir de 2015.

Mais ??? et les 1.2 milliards qui restent ? Et bien... que pouic !

Ce qui me ravit le plus dans cette histoire rocambolesque, c'est que le remboursement de ces 800 millions est divisé en 3 :

  1. 1/3 sera récupéré de manière directe par les assurés des cantons lésés
  2. 1/3 sera redistribué via les réserves des caisses OU par une augmentation des primes (=nos primes futures  donc)
  3. 1/3 sera payé par la Confédération (= nos impôts donc), car c'est clairement elle, la fautive, si elle n'a pas fait la police correctement

Comment gagner de l'argent avec un mandat fédéral qui l'interdit

N'est-ce pas bizarre de dépenser autant d'argent et d'énergie pour un produit (l'assurance obligatoire de soins) qui ne permet pas de faire de bénéfice ? Pour une entreprise à but lucratif (la caisse maladie), pourquoi cet intérêt pour une activité censée être altruiste ?

Je vois plusieurs pistes possibles :

  • des collaborateurs affectés au traitement administratif de la Lamal peuvent également faire le même boulot pour les assurances maladies privées (natura, denta, mondodada, etc.) : le delta de formation ne doit pas être très conséquent  => schling schling $$$
  • le salaire de ces collaborateurs et des cadres ou du conseil d'administration n'est pas forcément ventilé correctement, et il se peut que des frais qui devraient être affectés côté assurance privée soient ventilés côté Lamal, c'est censé être interdit, mais si y a personne pour vérifier... => schling schling schling $$$$ pour le business privé
  • les assurés de la Lamal sont de bonnes proies pour du démarchage pour des assurances privées, et on contactera bien sûr les gens en bonne santé : facile, ce sont ceux qui se font peu rembourser... (votre dossier médical devrait être confidentiel ? rooooh, vous êtes un rabat-joie pas du tout libéral...) => schling schling $$$

Les raisons des opposants à la caisse publique

  1. "Je veux garder la liberté de choisir ma caisse maladie."

    Si je peux comprendre que la liberté est un composant essentiel au bonheur, je vois mal pourquoi il faut absolument l'appliquer dans le domaine de l'assurance obligatoire des soins. Au vu des dysfonctionnements connus, j'ai l'impression qu'on y gagnerait à renoncer à cette liberté, plutôt que de continuer à se faire avoir, année après année.

  2. "Je ne  veux pas d'une étatisation de la santé / l'Etat a déjà bien assez de boulot !"

    Si les caisses maladies respectaient la loi et leurs assurés (au lieu des les voler, cf l'escroquerie du remboursement des primes), il n'y aurait pas besoin de l'intervention de l'Etat.

  3. "Je ne veux pas d'une usine à gaz."C'est une peur de l'inconnu. L'AVS (4 mio de cotisants), ou la SUVA (2 mio d'assurés) connaissent diverses critiques mais je n'ai jamais entendu celle d'être une usine à gaz. Dommage de voter sur cette peur-là.
  4. "Je ne veux pas perdre mon médecin."

    C'est une extrapolation infondée de la votation qui ne vise qu'à remplacer 60 caisses par une seule. Tout le reste du système de santé suisse ne va pas changer.

  5. "Cette caisse publique ne va pas faire baisser les primes."

    Peut-être bien, vu que les primes doivent suivre les coûts de la santé et que ces derniers augmentent. Mais au moins, la caisse publique ne gardera pas nos réserves en otage et nous, assurés, aurons enfin un représentant à l'intérieur de ce système.

Pour en savoir plus

Madame21

Maman21, entrepreneure associative, citoyenne engagée, optimiste irréductible.

Commentaires

  • Bravo la Famille21 pour ces analyses qui me semblent objectives.

    J'ai cru comprendre que le changement de caisse par un assuré coûtait environ 300.- en frais administratifs, ce qui avoisine 1 mois de prime (selon la franchise). Heureusement donc qu'il n'y a qu'une minorité de personnes qui changent de caisse par peur de je ne sais quoi (impossible d'aborder le discours avec mes parents, qui sont pourtant familiers aux système médical suisse, soit disant car "on a vu tellement de choses dans le cadre de notre activité professionnelle ...").

    Imaginez si 50% des suisses changeait de caisse chaque année ... pourtant c'est bien ce qu'on aimerait avec le système concurrentiel, non?

    Puis les caisses ne peuvent proposer des primes différentes essentiellement que suite à leur coûts, donc au profil de leurs assurés.

    Imaginez tous les gros risques changer de caisse pour rejoundre la moins coûteuse. Il ne faudrait pas plus qu'une année pour qu'elle devienne la plus coûteuse, donc on est repartis pour un tour ... et ainsi de suite à l'infini.

    Une seule caisse avec une seule prime (par catégorie d'âge) me semble la bonne (seule) solution pour mettre fin à cette mascarade ("Comédie hypocrite, mise en scène trompeuse" selon le Larousse, ce qui me semble bien refléter ce qu'il arrive). La participation aux coûts aide à limiter la surconsommation, le reste me semble poudre aux yeux.

    Alors, tous aux urnes!

  Laisser un commentaire