Zéro déchet

Au détour d'un small-talk lors d'un souper, une amie m'a parlé d'une nana américaine qui a réussi à atteindre le zéro déchet pour sa famille (2 parents et 2 enfants). Quoi ?!? Moi qui étais déjà très satisfaite qu'on ne fasse "qu'un" sac de 35 litres par semaine pour notre ménage à 4 alors qu'on vit et travaille à la maison, ma fierté en a pris un sale coup. Et je me suis bien sûr dit que cette nana devait bouffer ses emballages, je ne voyais pas comment c'était possible autrement.

Pour enfoncer le clou, j'entends encore mon amie s'émerveiller "et en plus, elle est jolie, et sa maison est vraiment belle...". Verte de jalousie, et par un pur hasard, j'empoigne son livre Zéro déchet qui se pavane dans les nouveautés de la bibliothèque municipale de Morges, et je lis avec avidité ses bons conseils.

Ne rien jeter

Mon pain rassis et mes sacs plastiques
Mon pain rassis qui sèche et mes sacs plastiques sous un mot doux de Monsieur21

Perso, j'ai une tendance à ne rien jeter, en particulier les petits sacs plastiques car ils peuvent toujours être utiles à quelque chose. Certaines collectionnent les chaussures, ou les sacs à mains ou les petits amis. Moi, c'est les sacs plastiques soi-disant mono-usage.

Je gardais d'ailleurs un sac de 110 litres rempli de ces petites choses dans ma chambre quand j'étais célibataire. Quand nous avons emmenagé ensemble, Monsieur21 m'a défiée par un "c'est ton sac de 110l ou c'est moi, tu dois choisir !" ; j'ai pleuré à chaudes larmes lorsque le camion-poubelle est venu l'emporter (le sac de 110l donc).

En attendant de fonder l'Association des Amoureux de Sacs plastiques Anonymes, je me fais soigner par Monsieur21 qui me pose de petits mots ici et là sur mes (rares) monticules de sacs plastiques.

Je garde aussi tous les restes de pains. Quand nos Gamins21 et les canards du coin crient stop au supplice du gavage de pain rassis ou de pain perdu, je mixe ces bouts bien fin pour en faire de la panure maison (que je commence à accumuler en quantité : j'en donne donc volontiers à ceux que cela intéresse).

Zéro déchet : comment ?

Bon, la règle de base pour le zéro déchet, c'est bien sûr 1. d'avoir déjà tous les conteneurs réutilisables et lavables et 2. de trouver les fournisseurs des produits en vrac. [EDIT 2015 : erratum et mea culpa, les régles de base sont les fameux RRR. Refuser/réduire, réutiliser, recycler, et j'ajouterais réparer (dans les Repair Cafés FRC par ex.). Mais comme j'appliquais déjà ces principes au quotidien (par ex. pour les sacs plastiques), la lecture de Zéro déchet m'a poussé à l'action pour les conteneurs.]

Si 1. est assez aisé à se procurer (bocaux, tupperwares, sacs ou bouteilles en plastique réutilisables) ou se fabriquer (sacs à pain faits maison), 2. est une vraie gageure !

Sacs à pain en tissu
1 sac à miche et 1 sac à petite boulangerie

Sacs à pain

Concrètement, en regard du peu de temps et de matériel que je pensais consacrer aux conteneurs, grâce à une machine à coudre offerte par des Amis21, je me suis fait 2 sacs à pain à partir de chutes de tissu de taies d'oreiller des enfants. Ca prend vraiment que quelques minutes à fabriquer, et JE suis très contente du résultat. Le reste de la Famille21 l'est peut-être un peu moins :

  • Regard incrédule de Monsieur21 : tu vas vraiment aller à la boulangerie avec "ça" ?
  • Question innocente de Gamin21 : eh maman, le pain, il a la même taie d'oreiller que moi ! il est en train de faire dodo dedans ?!

Poudre à lave-vaisselle

Découvert dans le livre Zéro Déchet, j'aime beaucoup la poudre à lave-vaisselle maison qui remplace bien les pastilles achetées dans le commerce et qui sont généralement emballées dans un petit plastique.

Ingrédients (les 2 premiers sont trouvables en pharmacie) :

  • 800g de cristaux de soude : 4 CHF pour "1kg" ==> il s'avère en réalité qu'il n'y a que 500g dans la boîte par évaporation durant le stockage
  • 200g d'acide citrique : 1.65 (chez SunStore) à 2.50 CHF (chez Galenica) les 40g
  • 300g de sel fin de cuisine : 1 CHF le kg
J'ai collé une étiquette avec la recette de base sur la boîte
J'ai collé une étiquette avec la recette de base sur la boîte

Ma recette : 160g de cristaux de soude "séché", 80g d'acide citrique et 120g de sel. Tout mettre dans un récipient hermétique avec un clapet et bien secouer.

Coût : 1.28 CHF + 3.3 CHF + 0.12 CHF = 4.70 CHF pour 360g (15g par vaisselle)

Les avantages : un chouillat plus économique (par ex. pastilles vaisselle eocoplan  à 6 CHF pour 30 pastilles = 0.20 CHF par lavage), moins de déchets, pas de composants cachés

Les inconvénients : un fin film blanc parfois sur les gobelets en plastique, et le scepticisme de Monsieur21 qui ne l'utilise pas par peur d'empoisonnement

Détergent pour laver la vaisselle

J'ai retrouvé la recette de cette poudre à vaisselle sur un blog qui me fait découvrir une recette de liquide vaisselle pour laquelle j'avais tous les ingrédients sous la main.

Chic, je me lance donc dans sa fabrication avec un savon de marseille au parfum de Fleurs des îles, certifié 100% naturel acheté au marché.

Cette fois-ci, je suis la recette presque à la lettre, sauf pour les éléments facultatifs, et le savon de marseille qui n'est pas exempt de parfum.

  • 50 g de savon de Marseille râpé avec la râpe à rösti, c'est vraiment très facile à faire !
  • 1 cuillère à soupe de bicarbonate de soude,
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre blanc,
  • 1 cuillère à soupe de cristaux de soude,
  • 1 litre d'eau chaude

Je suis également très satisfaite du résultat et de l'efficacité même si le savon ne mousse pas. J'ai quand même rajouté un peu d'eau lorsque j'ai mixé le tout pour le rendre un peu plus liquide.

Les avantages : pour env. 2-3CHF de matière première, j'obtiens env. 1500 ml de produit fini, et les ingrédients sont moins lourd à transporter lors des courses

Les inconvénients : Monsieur21 déteste le parfum des Fleurs des îles et pince son nez à chaque fois que je fais la vaisselle. Je cherche donc des intéressés à 800ml (voire plus) de détergent liquide maison,  à offrir contre bons soins (faites-moi un mail à madame21@famille21.ch). Ca m'apprendra, la prochaine fois, je prendrai un savon sans parfum.

Moins de déchets et de gaspillage ... en film ou en musique.

D'autres initiatives dans le même sens ont abouti sur un film et un blog aussi, comme le Clean Bin Project,  dans lequel on aperçoit des tableaux artistiques représentant les quantités de gobelets, de cure-dents et autres jetables consommés en quelques heures aux USA. Impressionnant ! J'ai découvert ce film lors du Festival du Film Vert 2013 ; l'édition 2014 de ce festival se terminant ce week-end-ci, je vous invite à en profiter avant qu'il ne soit trop tard.

Un autre film que je vous recommande est Taste the Waste (que j'ai en DVD et que je prête volontiers) ; cela me donne une folle envie de faire du Dumpster diving (déchétarisme en bon français). En attendant que Monsieur21 se fasse à l'idée de cette activité insolite, je vous invite à danser, éplucher ou manger gratuitement à la Disco-soupe de Lausanne, à la place de l'Europe, le 10 avril prochain de 15h à 19h.

Madame21

Maman21, entrepreneure associative, citoyenne engagée, optimiste irréductible.

Commentaires

  • A la frontiere de Geneve il y a La vie saine a annemasse pour la vente en vrac et Satoriz de l'autre cote si jamais.

    Au fait, j'aime bien le parfum fleur des iles si jamais le produit est toujours dispo 🙂

    • Merci pour ces adresses qui intéresseront sûrement les gens de la région de Genève ! Pour le produit vaisselle, oui, toujours dispo. Je serai ravie qu'il soit utile à quelqu'un.

  • C'est incroyable! Je suis l'initiateur de la Disco Soupe dont vous parlez! On s'est alors peut-être déjà rencontré... je me demande: les machines (vaisselle, linge) supportent-elles les produits "maison"? Je vais essayer votre produit vaisselle. En y ajoutant une huile essentielle je pense. Mon savon pour cheveux mousse ENORMEMENT lorsque je l'utilise, donc je vais me renseigner vers la dame qui le fait pour savoir le procédé chimique (tout est chimie!) qui fait cette mousse... afin d'en avoir p-e dans mon produit vaissellle... bicarbonate de soute et vinaigre = mousse non? Bon, c'est surement pas ce qu'il y a dans mon savon pour cheveux. J'en ai encore plein la tête. Même s'ils sont gris! Mes meilleurs messages!

    • Effectivement, j'ai plusieurs engagements associatifs qui me permettent de rencontrer beaucoup de gens et de disserter sur la consommation, ou plutôt sur la consomm'action (et je confirme donc qu'on s'est déjà rencontrés, et qu'on s'est même fait interviewer ensemble).

      Vu que notre machine à laver la vaisselle vient de retomber en panne, je peux donner un éclairage à ce propos (sans solution toute prête néanmoins). Lors de la première panne, le technicien nous a conseillé :

      - de ne pas utiliser (trop souvent) les produits écolo (sans nous expliquer réellement pourquoi) car elles seraient moins compatibles avec les machines : aucune idée s'il a été payé par la marque Sxxx qu'il nous a recommandée... j'ai fait la sourde oreille et on a continué comme avant.

      - de bien laver le filtre (le truc en cylindre au fond de la machine) après chaque lavage : ce à quoi j'ai pensé intérieurement "entre 1-2 fois sur près de 10 ans d'utilisation quotidienne à 365 fois par année, on va trouver un juste milieu" ;

      - de laver mensuellement à vide la machine avec un produit de détartrage/nettoyage fait exprès pour : ce à quoi j'ai repensé "entre zéro fois en près de 10 ans, si on fait ce nettoyage tous les 2-3 mois, ça devrait le faire".

      Pas de panne en 10 ans, puis 2 pannes la même année. Difficile de dire si les produits écolo et maison en sont la cause ou pas (par prudence, j'ai arrêté la poudre maison pour la machine à vaisselle). Je tenterai de mieux questionner le technicien cette fois-ci.

      Pour ce qui est de la machine à laver le linge, nous l'avons mise à rude épreuve avec des noix de lavage (ça fait des miettes quand elles sortent du petit sac mal fermé parfois), des lessives écolos diverses et elle fonctionne toujours.

      Dans tous les cas et toutes les machines, il faut bien nettoyer les filtres, sinon ça s'encrasse et ça provoque des pannes.

      Une dernière remarque : oui vinaigre+bicarbonate de soude ça mousse au mélange, mais plus après dans le produit fini.

  • Ha c'est vous! HAHA! Votre blog est super! Je lis tout (dès que je prends le temps!) depuis le début, c'est trop trop bien! Merci! Merci pour vos informations! Je vais déjà me mettre aux produits naturels pour le reste, la vaisselle et le linge attendront. Le vinaigre fonctionne déjà bien pour le linge comme adoucissant.

  • Dites moi, vous les achetez où les cristaux de soude? (en Suisse donc, région Lausanne?)

    Et la bicarbonate? Car je la trouve uniquement en petits sachets chez les géants oranges et je pense que je peux en trouver bien moins cher en grand quantité... sans forcément aller en acheter en France. Non?

    Merci pour vos infos, après ça, j'arrête de vous embêter!

    • J'ai acheté les produits dans une pharmacie mais je ne sais plus laquelle (désolée pour la réponse vague et surtout pour les 2 mois de retard pour la réponse !).

    • Madame21 ne se souvient pas où elle a acheté les produits car c'est moi qui m'y suis collé...

      Pour le bicarbonate, effectivement, on ne trouve que des petits sachets chez Mi-oop, les super marchés français sont plus généreux, on y trouve des boites de 800g.

      Pour les cristaux de soudes, je les ai trouvé en pharmacie à Morges. En petits sachets pas trop cher, il m'a fallu dévaliser deux pharmacies pour avoir le compte.

      • Bonjour! Entre-temps (le monde virtuel n'a pas de limite temporaire!) j'ai pu trouver mon bonheur! A Primplants à Lonay (Rte des patates), ils vendent des plantons de toutes sortes de légumes et fleurs, des semences formidables, des plants divers, et, et... des ingrédients pour de la cuisine ménagère! Notamment des cristaux de soude, de la bicarbonate (sachets de 500g, 1kg, 3kg), de l'huile de lin, bref, tout pour faire tout soi-même! Si jamais 😉 Et jai pu trouver une chouette aromathérapeute de la région qui vend des huiles essentielles (aussi - mais pas que - pour le ménage). Jai essayé ma première lessive au jus de lierre, bref, le monde avance! Excellent dimanche!

        • Merci pour le tuyau ! Cela nous sera très utile et je vais pouvoir retester la poudre pour la machine à laver la vaisselle maintenant qu'on en a une nouvelle.

  • Bonjour, je suis sur la route du Zéro déchets. Mais, mon soucis, c'est que j'ai deux ados et un mari qui râlent déjà pas mal parce que j'avance, je cherche à diminuer toujours plus notre impact écologique et qu'ils ont de la peine à me suivre, estimant qu'on fait déjà bien assez par rapport aux autres (pour moi, ce ne sera jamais assez!). Alors j'aimerais des idées, des conseils, pour tenter de faire passer cette nouvelle étape sans passer pour une despote! Merci.

    • Bonjour Nadine et merci pour votre question qui est très pertinente car il est difficile d'avoir un même enthousiasme pour tous les membres de la famille.

      Sans avoir de détail (par ex. à quelle étape dans le chemin du zéro déchet êtes-vous?), il m'est difficile de vous conseiller, mais peut-être pouvez-vous convoquer un conseil de famille en disant que ce sujet est important pour vous et que vous aimeriez faire une tempête de cerveaux afin que les besoins de chacun soient satisfaits ?

      Pour la méthode, si vous ne connaissez pas, je vous conseille de lire les livres de Faber&Mazlish (par ex. Parler pour que les ados écoutent... livre que je n'ai pas encore lu vu que mes enfants sont encore trop petits, mais Parler pour que les enfants écoutent est vraiment bien).

      En gros, il s'agit de :

      • décrire le problème de manière factuelle, et partager son ressenti personnel (principe de base de la communication non violente)
      • poser la question "quelles solutions pouvons-nous trouver à ce problème ?"
      • lister toutes les idées même les plus farfelues
      • choisir ensemble quelques idées qui sont acceptables pour tous

      Je pense qu'il est important d'impliquer toute la famille dans la démarche car une décision imposée obtient souvent moins bien l'adhésion des autres.

      Voilà, j'espère que mon message vous sera utile !

      Au plaisir de vous lire !

  • Bonjour, merci pour votre réponse. Sur le chemin du Zéro déchets, voici où nous en sommes, en quelques points :

    - Je vais acheter mes produits frais (fruits et légumes, puisque je suis Végane) au marché avec mes petits sacs tissus et mon caddie

    - Je fais mon lait d'amande (mais mes enfants préfèrent celui de riz en Tetrapack, j'ai tenté de le faire maison plusieurs fois mais le résultat était très bof-bof, genre gluant goût pas bon). (J'utilise les résidus après pressage pour des préparations salées ou sucrées)

    - Lorsque je peux trouver un endroit qui propose du vrac, j'y achète mes aliments secs (toujours dans des sachets tissus), mais ce n'est pas encore très développé dans ma région.

    - Je fais mes poudres et liquides lessive, vaisselle, nettoyage moi-même (je ne trouve pas de vente en vrac pour les produits de base liquides comme le vinaigre ménager)

    - Je refuse les sacs plastiques pour les achats en général

    - Je réfléchi beaucoup avant toute nouvelle acquisition, j'achète moins, et je désencombre (travail de longue haleine !!!)

    - Nous trions le recyclable, et compostons (compost communal) ce qui est organique

    Peut-être que j'en oublie, mais ça vous donne une idée.

    MAIS...

    deux ados aux études qui doivent souvent manger hors de la maison, et pour qui c'est trop la honte de manger la popote de maman dans une boîte en verre et de boire de l'eau dans une gourde :

    - s'achètent des repas que je qualifierais de "beurk", presque toujours dans du plastique

    - ramènent des bouteilles en PET

    - font une forte consommation de snaks industriels (emballés dans du plastique, voire en plus dans un carton)

    - s'achètent des gels douche (ingrédients : aïe-aïe-aïe ! Emballage : catastrophe !)

    un mari qui estime en faire déjà assez et qui compare toujours avec ceux qui font moins que nous ou carrément rien...

    - ramène des fromages emballés (c'est lui qui les achète, car je n'en consomme pas)

    - s'achète des paquets de chips, des biscuits (emballages ++)

    - consomme pas mal de bières (bouteilles en verre, je suis assez ok, mais cannettes alu plastifié, beaucoup moins)

    Enfin, voilà, en gros l'état de la situation. En écrivant ces lignes, je me rends compte que je n'ai pas non plus des consommateurs trop compulsifs dans ma tribu ! L'histoire c'est que pour moi, quand on est en marche, le chemin ne s'arrête pas, il continue vers toujours plus d'engagement de chacun, de responsabilisation. Mes 3 mecs, eux, trouvent qu'on est arrivé à un stade acceptable et que c'est bon maintenant, on arrête de se prendre la tête...

    Votre idée d'un conseil de famille est très intéressant, je pense que ça vaut la peine d'essayer, mais je vais avoir de la peine à lâcher du mou ! 3 contre une, ça me stresse un peu. Quelles concessions suis-je prête à faire ? A priori, ça me ferait mal d'en faire... parce que je me dis que si je ramolli, ça va drôlement rallonger le processus. Faudrait peut-être que je me fasse une liste d'arguments bétons, bref, que je prépare mon plan de discussion.

    Pour le livre, je vais voir si je le trouve en bibliothèque.

    Voilà, je vous ai écrit un roman, désolée, je pensais faire court !

    Merci pour vos idées, pistes, réflexions, remarques, autres, je prends tout.

    Belle suite de semaine à vous.

    Nadine

    • Merci à vous pour cet exposé de votre situation qui est effectivement déjà bien avancée dans la réduction du déchet.

      Je me permets de vous poser des questions dont vous seule avez la réponse.

      Au niveau des motivations : pourquoi visez-vous le zéro déchet ?

      • Est-ce par souci écologique ? Si oui, d'autres paramètres que les déchets vous permettent d'être plus écolo au quotidien.
      • Est-ce pour désencombrer votre foyer ? Peut-être que vous pouvez désencombrer au niveau de vos activités, de vos relations insatisfaisantes, de projets amorcés à moitié avortés...

      Ce sont des pistes de réflexion où vous avez toute la marge de manoeuvre car à mon humble avis, il y a du boulot et en plus, vous pouvez avancer à votre rythme toute seule.

      Au niveau des moyens pour le zéro déchet : avez-vous tout essayé ?

      • Avez-vous approché l'association zerowasteswitzerland pour des conseils ou un accompagnement ?
      • Avez-vous jeté un oeil à l'article et la carte de magasins en vrac de la FRC ? (y avez-vous contribué ?)

      Par rapport à votre famille, c'est tout à fait normal d'avoir des exigences différentes. La discussion familiale vous permettra peut-être de découvrir les besoins sous-jacents de vos hommes et de voir comment vous pouvez concilier les leurs et les vôtres. Je vous conseille de vous renseigner sur la méthode Faber&Mazlish, car il ne s'agit pas du tout d'un "3 contre une", vous serez 4 cerveaux et coeurs ensemble, ce n'est pas du tout la même dynamique.

      Si vous êtes vraiment ouverte à entendre les réponses qui sortiront du pourquoi (pourquoi achètes-tu des snacks industriels emballés ? besoin de liberté, d'insouciance, d'acceptation dans leur groupe...) sans jugement et sans tentative de convaincre de faire autrement, cela vous permettra d'entrer dans une co-construction d'une liste de solutions et non dans une bataille où il y aura des perdants et des gagnants.
      Je vous dis cela, car vous voulez préparer vos arguments, or je ne vois pas bien comment vous pouvez déjà avoir des "arguments" sans connaître les vrais besoins de vos 3 hommes. En effet, je doute fortement qu'ils agissent à l'encontre de votre démarche zéro déchet pour vous irriter intentionnellement : ils satisfont un besoin qui leur est propre et prioritaire par rapport à votre envie de produire moins de déchet.

      Vous semblez craindre un relâchement dans votre processus zéro déchet, mais pourquoi vous êtes-vous fixé un objectif avec un délai ? pourquoi est-ce si important pour vous d'être si stricte avec vous-même ? est-ce possible que cette "faiblesse" de votre part soit la cause de votre frustration envers vos proches ? Je vous demande ceci car généralement, quand un trait de caractère nous énerve chez une personne, c'est parce que nous avons le même défaut et que nous essayons de le corriger.

  • Je ne dirais pas que je me suis fixé un délai, mais je ressens une sorte d'urgence, vu la situation de notre planète... de là vient ma frustration : de ne pouvoir faire prendre conscience à d'autres qu'il est important de changer rapidement ses habitudes, pour l'avenir de tous. Par rapport à moi, il ne me semble pas être trop stricte avec moi, tout ce que j'entreprends m'apporte beaucoup (plus de créativité, plus de liberté, plus d'autonomie, meilleure santé). Mais vos commentaires sont très intéressants et je vous en remercie, je vais me pencher sur ces différentes réflexions plus en profondeur. Belle semaine à vous.

  Laisser un commentaire