L’estime de soi

Couverture de l'Estime de soiAvec mon emploi du temps un tout petit peu chargé (compagne, maman, salariée, blogueuse, bénévole dans différentes organisations, et future entrepreneure), je me résous à lire de petits livres, et les éditions Jouvence produisent justement des guides pratiques de la bonne taille, je trouve. Le dernier que j'ai emprunté à la bibliothèque a été écrit par Rosette Poletti (une star - en tout cas du côté de ma belle-famille - car je crois qu'elle tient une rubrique "psycho" dans le journal Le Matin) et Barbara Dobbs : l'Estime de soi.

C'est un bon concentré des messages que j'ai déjà pu récolter aux cours de différentes lectures sur la communication non violente, le développement de la confiance en soi, la recherche d'être vrai etc. J'y découvre en plus des conseils sur la façon d'élever un enfant pour qu'il ait une bonne estime de lui-même. Ce livre me conforte également sur la conviction qu'une bonne estime de soi est la base d'une personnalité épanouie, en phase avec son environnement (relationnel, environnemental, professionnel etc.).

Extraits choisis

Plus une personne s'estime elle-même, plus elle peut utiliser sa créativité dans son travail, plus elle instaure des relations interpersonnelles positives, plus elle traite les autres avec respect, et moins elle se sent menacée par eux. [...]

Une personne qui a une bonne estime d'elle-même n'est pas arrogante, elle n'est pas orgueilleuse non plus. Elle n'a pas besoin de se surestimer ou de sous-estimer les autres, elle est profondément consciente de sa propre valeur et de celle de chaque être humain, elle n'a pas besoin de se mettre en avant en écrasant les autres ou en leur portant ombrage.

Une personne qui a une bonne estime d'elle-même ne se surévalue pas non plus. Elle est consciente de ses limites, lucide concernant ses capacités, elle accepte les critiques qui peuvent lui être utiles. [...]

Face aux difficultés de la vie, aux pertes, aux changements, la personne qui a une bonne estime d'elle-même prend la responsabilité de ce qu'elle ressent. Elle ne dit pas : "Il m'a mise en colère !", "Elle a brisé ma vie !", mais plutôt : "Je me suis mis en colère à cause de ce qu'il a fait !", "Je choisis de laisser cette personne briser ma vie !", "J'éprouve de la tristesse quand je pense à lui !".

Situations types

Vous avez un boss ou un collègue qui dit du mal de vous dans votre dos ou qui vous fait des crasses ? Crac : mauvaise estime de lui-même !

Vous avez une tante ou une amie qui n'arrête pas de se plaindre à force de se comparer avec ses pairs qui - pour le même travail - ont un bien meilleur salaire, qui - pour la même ancienneté - ont bien plus d'avantages sociaux comme un temps partiel accordé sans discussion ? Crac : mauvaise estime d'elle-même !

Vous avez une connaissance qui vous demande à une réunion associative en sortant une cigarette de son paquet si la fumée vous dérange et vous répondez "Non non pas de problème" alors que vous êtes enceinte jusqu'aux dents, que vous détestez l'odeur de la cigarette, et que vous avez les yeux rougis par la fumée stagnante du local de réunion ? Crac : mauvaise estime d'elle-même (de la nana enceinte, pas de celle qui a demandé la permission de fumer) !

Note : cet exemple est PUREMENT fictif... toute ressemblance avec des personnes existantes - et en particulier avec Madame21 - est purement fortuite (hum...).

Une chansonnette pour augmenter son estime de soi

Avec un titre pareil, on s'attend à ce que ce petit guide pratique de l'estime de soi nous invite à nous sourire chaque matin dans le miroir, puis à lever les deux pouces en clignant d'un oeil, et finalement à déclamer avec un claquement de langue : t'es le meilleur ! Effectivement, quelques conseils pratiques pourraient être caricaturés par cette scène.

Mais ce qui m'a fait sourire et la raison de cet article, c'est que les auteures ont mis en avant une chanson tout à fait... mémorable et que finalement je pense être très utile, si ce n'est pour augmenter l'estime de soi, du moins pour vous faire sourire voire rire (si vous osez la chantonner à haute voix, quoique même à demi-voix, ça devrait suffire).

Attention / Warning / Achtung : la mélodie reste dans la tête après ! Lisez la suite à vos risques et périls. L'auteure de cet article décline toute responsabilité en cas de trouble obsessionnel compulsif due à une lecture imprudente.

Voici donc le premier couplet d'une chanson de Jai Michael Josefs (1979), tiré de l'Estime de soi (pp 78-79) : à chanter sur l'air de "When the saints go marching in" . Si vous ne vous souvenez plus de cette mélodie, vous pouvez écouter cette interprétation de Louis Armstrong.

Je m'aime moi-même

tel que je suis

Il n'y a rien, rien à changer

je serai toujours le moi parfait

Il n'y a rien, rien à changer

Je suis magnifique

Je suis capable

d'être le meilleur moi possible

et je m'aime moi-même tel que je suis

Je m'aime moi-même tel que je suis

Je veux bien me manger le coude si vous n'avez pas souri...

Madame21

Maman21, entrepreneure associative, citoyenne engagée, optimiste irréductible.

Commentaires

  • Je suis parfaitement d'accord sur le fait qu'une mauvaise estime de soi est néfaste, limitatif et peut pourrir la vie. Mais de là à chanter bruyamment "je serai toujours le moi parfait / Il n’y a rien, rien à changer", NON !!!!!!!

    Les gens avec une faible estime de soi (mettons les GAFES) ont un gros avantage que tu oublies : ce sont souvent des gens ouverts, tolérants, qui écoutent les autres parce qu'ils pensent qu'ils peuvent leur amener quelque chose. Alors que ceux qui se considèrent comme parfaits sont en général des cons finis. Je dis "en général", parce qu'il y a la faible minorité de ceux qui se croient parfaits et le sont ().

    Mais sur le fond, je pense que le premier problème de nos jours est plutôt les gens ayant une trop haute opinion d'eux que le contraire.

    • Merci pour ce commentaire Pascal !
      Je pense qu'il n'est pas nécessaire de chanter cette chanson devant un public, même très compréhensif. Ca serait un calvaire pour tous 🙂

      La chanson est un peu tiré du contexte du livre où les auteures expliquent bien la différence entre une (trop) "haute" estime de soi (les cons finis qui sont persuadés d'être déjà parfaits) et "bonne" estime de soi (les personnes qui sont en harmonie avec eux-mêmes et leur entourage). Ces derniers, en effet, sont sur le chemin du perfectionnement permanent (et non de la perfection).

      Si on prend quelqu'un qui a une mauvaise estime de lui-même, chantonner ces paroles ne va pas lui donner, même progressivement, une "haute" estime de lui-même. Tout au plus, cela va le tirer un tout petit peu vers cette extrême, et le mettre sur la voie d'une bonne estime de soi. Je prétends ça, mais en fait, je ne sais pas, il faut que quelqu'un s'y essaie et nous partage son expérience...

  • J'introduis ici une nouvelle intervention.

    Ce n'est ici une chose qui n'engage que moi, mais pourrait peut-être intéresser d'autre. Je assez d'accord avec pascale sur le principe : Une personne qui s'estime parfaite à déjà un défaut XD

    Il est important de faire une différence entre trois chose : l'estime de soi, qui renvoi très souvent à la seconde chose, l'estime du moi, et qui est pour moi le plus grand piège espiègle de l'humanité ; donc mal car trop peu informé me semble t-il est celui qui ne perçoit plus l'essentiel : le Soi, défini par la spiritualité orientale (qui a je crois une grande longueur d'avance sur la culture occidentale à ce sujet)comme le reflet de Dieu en chacun. Celui-ci devient modèle, un but à atteindre, une référence dans cette démarche si justement soulever de perfectionnement permanent.

    http://www.realisation-du-soi.org/realizareasinelui.html

    Une réponse parmi tant d'autre ...

  Laisser un commentaire