Vacciner son bébé ou pas ? Les parents suisses ont le choix.

En tant que jeunes parents (à comprendre : parents pour la première fois), on nous pose toutes sortes de questions toutes aussi futiles les unes que les autres tout au long de la grossesse : c'est une fille ou un garçon ? vous avez déjà préparé sa chambre ? vous avez déjà trouvé un prénom ? vous avez déjà choisi l'hôpital ? A force, une politesse machinale me permettait de liquider ces dialogues de courtoisie en moins de 2.

Mais la seule question sur laquelle nous avons réellement buté et pour laquelle nous n'avons pas encore de réponse définitive est celle que personne ne semble vouloir soulever avant que Bébé21 nous rejoigne dans ce monde valétudinaire : quels vaccins administrer et à quel moment ?

Un débat social très actuel

Depuis le début de l'année, les médias et les autorités s'agitent autour de la question. La rougeole, tout d'abord a provoqué moultes statistiques et directives, et un relent omniprésent de reproche public envers ces parents "irresponsables et égoïstes" qui ne vaccinent pas leur enfant. Aujourd'hui, l'actualité est saturée par la grippe porcine (grippe mexicaine, aaargh grippe A/H1N1), et cyniquement les actions en bourse des entreprises pharmaceutiques grimpent.

Donc même si on le voulait, on aurait de la peine à ignorer la problématique de la vaccination. Et encore plus difficile d'obtenir des informations balancées qui ne dérivent pas vers un débat des pro- contre les anti-vaccins.

Le manque d'information même chez notre pédiatre

A la première visite pédiatrique à un mois de vie de Bébé21, malgré nos questions et nos recherches préliminaires, nous ne recevons aucun éclairage édifiant (il faut dire que la pédiatre n'était pas une lumière non plus). Pas de chiffre exact sur les risques de complications, d'approfondissement sur la composition d'excipients (euh, en fait, je n'étais même pas consciente de la composition d'un vaccin : de l'eau et des virus "désactivés" non ?), sur les effets secondaires à long terme ou sur les possibilités d'ajournement. Juste un papier avec le calendrier de vaccination recommandé.

Bébé21 vacciné à 2 mois

A la seconde visite pédiatrique, nonobstant nos efforts d'information, nous n'y voyons pas beaucoup plus clair ; la pédiatre administre automatiquement les vaccins standards en Suisse à 2 mois (Diphtérie, Tétanos, Coqueluche, Poliomyélite, Méningite Hib) en l'absence de manifestation de notre part sur le sujet.

Depuis, peut-être est-ce une coïncidence, peut-être pas, mais nous nous battons contre un eczéma récalcitrant, des rhumes et des bronchites chroniques (genre toutes les 2 semaines depuis que Bébé21 fréquente la crèche !). Nous avons donc fait un drainage homéopathique pour éliminer les toxines des vaccins. Je ne suis pas une convaincue de l'homéopathie, mais l'absence d'effet secondaire me convient.

Composition d'un vaccin

Dans mes recherches d'informations, je suis tombée sur le numéro de Grandir Autrement consacré aux vaccins. C'est là que Horreur, j'écorne un peu plus ma confiance naïve en nos fournisseurs de biens de consommation en apprenant que les vaccins peuvent contenir :

  • des conservateurs
  • un émulsifiant
  • de la saponine
  • du gel d'hydroxyde d'aluminium
  • du mercure
  • des résidus provenant des techniques de reproduction
  • et autres joyeusetés propres à chaque vaccin

L'intérêt individuel ou le contrat social

D'un point de vue personnel et familial, je suis pour

  • repousser la date de vaccination au plus tard possible sous la supervision d'un pédiatre avisé : entrée à la crèche, maturité physique, etc.
  • accepter la prise de risque de ne pas faire le vaccin au moment recommandé
  • accepter l'opprobre ou l'incompréhension de son entourage
  • se renseigner sur la composition des vaccins et choisir celui qui contient le moins de composants douteux
  • étudier la possibilité de vacciner chaque maladie séparément (mais on augmente alors la quantité d'excipients !)
  • faire un examen médical préliminaire pour mieux connaître les risques

D'un point de vue social, je suis pour

  • vacciner mais de manière plus individualisée
  • interpeler nos autorités pour établir une vraie surveillance des effets secondaires (allergies, sclérose en plaques, autisme, maladies auto-immunes, dégénération, etc.)
  • mieux informer les jeunes parents par des points de vue nuancés sur la vaccination

En conclusion

Le sujet est vaste (d'où la longueur de l'article !) et la vaccination n'est pas un geste anodin. Mais par dessus tout, c'est une décision personnelle qui revient à chaque parent sur le quoi, le quand et le comment en correspondance avec ses valeurs. En aucun cas, je ne pourrai prétendre pouvoir vous indiquer une date et un vaccin associé : la prise de risque doit être évaluée par chacun.

Pour en savoir plus

Les pas non, mais il faut se renseigner

Les très pour

Madame21

Maman21, entrepreneure associative, citoyenne engagée, optimiste irréductible.

Commentaires

  • Je suis tout à fait d'accord avec toi sur toute la ligne.

    Nous on avait fait retarder la première vaccination d'un mois... et le premier rappel n'a pu être fait que 5 mois plus tard car il était tout le temps malade... Travail à l'Uni d'où vaccination contre la rougeole obligatoire 🙁 Hum j'avais pas trop les moyens de prendre un congé non payé...

    Nous aussi on draine à l'Homéopathie et on renforce à la spagyrie. Je n'explique pas le pourquoi du comment, mais ca fait lentement son effet, sur la durée. Et le grand avantage je trouve c'est qu'on a ainsi un médecin avec une vision du corps dans son entier et pas seulement : il a une fièvre => donnez lui un dafalgan 🙂

    Merci pour ces liens, je pense que je vais me procurer le "grandir autrement"... et je suis aussi totalement d'accord avec la vision du médecin suisse.

    A bientôt!

  • Eh beh, moi qui pensais crouler au pire sous des critiques réprobatrices, au mieux sous des commentaires sceptiques, ça fait bien plaisir de constater que la Famille21 n'est pas toute seule à prendre cette démarche marginale !

    C'est moi qui te remercie pour ton message, à croire qu'on aurait suivi un peu le même parcours avec nos petits 😉

  • à noter que de moins en moins de vaccins n'ont de mercure (thiomersal) depuis que le public a diffusé le critiques sur cet adjuvant. par contre l'aluminium reste encore,dans bien des vaccins combinés. (Ditanrix, Infanrix...)

  • Je suis plutôt pour la vaccination en général.

    Mais je pense qu'effectivement un travail de fond devrait être fait, notamment sur les excipients.

    A savoir que pour l'hépatite B, et après avoir discuté avec un médecin plutôt au courant de la question, il est moins risqué de vacciner avant 2 ans quand la myéline (gaine entourant les nerfs tel une gaine entourant un circuit électrique, c'est elle qui s'abime lorsque l'on est atteint de sclérose en plaque) n'est pas encore "terminée" que après.

    Mais là encore, plusieurs théories s'affrontent, du plus au moins rationnel. Je n'ai donc pas d'avis complètement tranché.

    Après, quand je vois des adultes en bonne santé se faire vacciner contre la grippe de peur de devoir arrêter le boulot, ça me laisse dubitative.

    • Il y a aussi une pression sociale à se faire vacciner contre la grippe : entre décembre et avril, elle fait des ravages dans les bureaux, on se passe le virus parmi ; du coup, certains employeurs "offrent" gratuitement la vaccination pour éviter le ralentissement du business. Quelque part, c'est du win-win : l'employé se prémunit contre quelques jours de mal-être (ben voui, être fiévreux et tout grippé, c'est pas drôle on est bien d'accord), et l'employeur peut compter sur la présence assidue de ses collaborateurs... Chez la Famille21, on est plutôt pour un régime thé-miel-citron qui frise la potomanie sous une bonne couette pour quelques jours.

      • Vu qu'une Amie21 m'a posé la question aujourd'hui, je précise que je n'ai pas encore trouvé de pédiatre éclairé idéal. J'ai pris rendez-vous chez le Dr Elmiger (y en a 2, mais je ne sais plus lequel) à Pully, la date la plus proche disponible étant ... fin août ! Mais vu que Monsieur21 est assez convaincu par le livre La Médecine retrouvée écrite par le Dr Elmiger Père, et que j'ai lu du bien d'eux sur un forum local, je patiente.

        Sinon, voici la liste des homéopathes vaudois : http://www.homeopathie-assurances.ch/home/index.php?x=2. Celui que nous consultons actuellement est le Dr Imesch, très gentil, mais il ne travaille plus qu'à 50% (il est donc constamment overbooké, mais pour une urgence, il arrive toujours à nous caser).

  • Hello,

    Merci pour le lien, j'ai pu avoir un rdv au mois de juin pour drainer le vaccin chez un homéopathe tout près de chez moi (Joliette 4, arrêt métro Délices), Decrey Damien, te tiendrai au courant comment il est etc... Dr Elmiger ne répond pas au téléphone (assez débordé, j'imagine ;)) et Dr Imesch est à Aubonne, pas très pratique pour les sans-voiture comme nous :).

  • C'est un sujet à controverse et très émotionnel. Les grands loups (surtout la louve) ont lus passablement de livres et articles sur le sujet, et que ce soit chez les pro- ou les anti-, il ne semble pas y avoir de vérité absolue (étonnant, non?).

    Nous avons donc décidé de ne pas vacciner selon le plan officiel. Pas d'injection de produits curieux aux effets mal connus dans un système immunitaire en plein développement. Tant que le bébé est allaité, il est protégé par les anticorps de maman. Ensuite, son système immunitaire se développe. Nous avons fait le premier vaccin (diphtérie + tétanos uniquement) à 4 ans.

    Nous avons la chance d'avoir un pédiatre très ouvert de ce côté. En pleine épidémie de la rougeole, je lui avais demandé son avis. Sachant que j'étais plutôt contre le vaccin, il m'avait dit qu'on peut mourrir d'une rougeole qui dégénère, mais pareil pour un rhume. Finalement, lorsqu'on regarde le nombre d'enfants morts de la rougeole ces dernières années, il y en a beaucoup moins que d'enfants morts dans des accidents impliquants des voitures. Y'aurait pas un vaccin contre les accidents de voiture?

    Une anecdote au sujet du dafalgan. Notre bidou avait fait une bonne fièvre (39-40), et on avait réagi au dafalgan. Passage chez le pédiatre qui nous demande ce qu'on a fait, je lui dit dafalgan, il me répond "Dommage. Laissez-lui faire sa fièvre, la température tue les virus." En gros, il m'a dit que temps que les petiots jouent (en dehors d'un plus grand nombre de siestes parce qu'ils sont vite raplaplas) il n'y a pas lieu de s'inquiéter particulièrement.

    • Je viens de téléphoner au Dr Elmiger qui traite Bébé21 depuis moins d'une année pour savoir s'il faisait un suivi équivalent à ce que les pédiatres usuels font pour les nourrissons (consultation tous les mois ou presque et application du plan de vaccination).

      Bébé21 a fait une suite de bronchites non stop de janvier à avril 2009, alors qu'il n'en a fait qu'une petite en décembre passé. Les résultats du traitement homéopathique et pour purger et renforcer son système immunitaire sont donc probants (on vient juste d'en arriver au bout) et je voulais savoir ce qu'il fallait faire médicalement avec le prochain membre de la Famille21.

      La réponse a été : rien. Pas de vaccin, ni de consultation les premiers mois de vie si tout va bien et que l'allaitement se passe bien. J'ai oublié de lui demander de me rappeler quand il nous recommandait de faire les premiers vaccins (je ne sais plus lesquels) car il me semble que c'était quelques années avant l'adolescence, mais je ne sais plus vers quel âge exactement.

      On pourra toujours me rétorquer que Bébé21 n'aurait peut-être fait qu'une seule bronchite cet hiver-ci car il a grandi et qu'il s'est immunisé tout seul, qu'il est plus robuste avec une année de plus etc. Mais comme je l'ai déjà sûrement mentionné : toutes les personnes qui m'invitent à en faire/consommer le moins possible gagnent ma sympathie par défaut.

      Ah oui, et il nous avait dit aussi de laisser Bébé21 faire sa fièvre et qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter tant que ça ne dépasse pas 40 : si on souhaite le soulager un peu, on peut lui appliquer des compresses fraîches (mélange de vinaigre et d'eau) sur le visage, les poignets et les pieds et l'habiller léger.

  • Ben, je m'en vais écrire le même jour un deuxième commentaire, consterné que je suis après la lecture d'un article du Lausanne Cités d'aujourd'hui. Il y a un extrait ici:

    http://www.lausannecites.ch/live/2/home/infos/au_sommaire/edito/edito.php?pf_lat=29518&CNSACTION=VIEW_ARTICLE&selected_article_id=15070&selected_section=49

    En gros, un gynéco lausannois, sur la base d'études faites principalement aux USA, dénonce un vaccin qui n'est efficace apparemment qu'à 20%. Avec tous les risques liés à la vaccination, c'est quand même fort...

    • Etrangement, le lien sur Lausanne Cité ne donne que le titre et non le contenu de l'article. Comme nous n'avons pas encore apposé de Non LC! sur notre boîte aux lettres, j'ai pu lire l'article après avoir été fouiller dans le bac de papier à recycler où il a atteri prestement.

      Je pense qu'il y a une question pleine de bon sens à se poser : d'un côté nous avons un gynéco qui nous dit que ce vaccin n'a pas une efficacité prouvée (et qui donc nous incite à ne pas faire de vaccin et ne pas dépenser d'argent) et de l'autre côté la pharma (qui s'en met plein les poches si toutes les jeunes Suissesses se font vacciner) et les pouvoirs publics (qui préfère se prémunir de tout reproche de la population en cas d'épidémie) - et en particulier l'Office Fédéral de la Santé Publique - qui recommandent de vacciner.

      Mon coeur balance quand même en faveur du gynéco-David qui n'a que très peu de chance contre la pharma-Goliath... J'ai un faible envers toutes les personnes qui me disent de dépenser moins.

      Voici un tableau Pour / Contre sur le site du Canton de Fribourg que je trouve intéressant.

    • Bonjour,

      Je vous contacte car je me soigne depuis l'âge de 10 ans à l homéopathie chez M. Elmiger.

      Je vais avoir un bébé pour le mois de janvier et je suis à la recherche d'un pédiatre homéopathe en cherchant un peu sur internet je ne trouve pas grand chose.

      J'ai vu que vous parliez d'un pédiatre ouvert d'esprit? Dans quelle région est-il? Car j'ai peur de tomber sur un pédiatre fermé, qu'il me juge ou qu'il me fasse culpabiliser..

      Salutations

      Barbara Beerli

  • Bonjour,

    Merci pour ce message!! Je vais mercredi au contrôle des 2 mois pour mon bébé et donc.. vaccination!! Je n'ai jamais été très "chaude" pour le faire vacciner si petit... ma pédiatre fait aussi de l'homéopathie... du coup les vaccins seront drainés. Mais je lis qu'on peut repousser la vaccination?? Jusqu'à quel âge?

    • C'est un choix à faire avec votre pédiatre, car cela va dépendre de la santé du bébé et de son environnement, ainsi que de vos convictions en la matière. Si bébé est alaité, il est protégé par vos anticorps. S'il ne passe pas sa vie dans des fils barbelés rouillés, il y a peu de chances qu'il attrape le tétanos avant quelques mois. A mon avis, plus on peut repousser, mieux c'est pour bébé, son système immunitaire sera plus développé et plus prêt à recevoir l'aggression du vaccin.

  • Merci Laurent pour votre réponse. Mon bébé est en parfaite santé, il prospère très bien et est exclusivement nourri au LM. Hier soir j'ai parcouru le site du Dr Elmiger et j'abonde tout à fait dans son sens. Je me demande par ailleurs s'ils font le suivi pédiatrique des bébés. Et en même temps, en lisant les commentaires de Madame21, apparemment, un bébé en bonne santé et qui est bien allaité n'a pas besoin de suivi ponctuel. Mais je vais téléphoner pour me renseigner, de toute façon, j'ai des questions me concernant.

    Excellente journée et merci pour ce forum, il est très intéressant!

    • Je suis du même avec que Laurent car les vaccins doivent se faire selon votre mode de vie, les risques que vous ne voulez pas prendre, le patrimoine familial, et divers facteurs que seul(le) un(e) professionnel(le) avisé(e) du monde médical pourra jauger. La date est donc à fixer d'entente avec votre pédiatre.

      Je suis en train de lire un livre diablement intéressant écrit par le Dr Choffat sur les vaccinations. Il est facile à lire et très instructif. Je le conseille à tous les parents.

      • Hé hé, je vois qu'on a les mêmes lectures 😉 Je le conseille également, très bon livre d'un médecin qui a une grande expérience de travail sur le terrain (y-compris de campagnes de vaccination dans des pays du tiers-monde, si je me rappelle bien).

        • Oui, c'est juste. Je ne l'ai pas encore fini, mais je le dévore.

          J'entends beaucoup ce terme de "responsabilité collective". Il me laisse songeuse car j'aimerais connaître le train de vie de ceux qui l'utilisent : hygiène alimentaire, mode de consommation, pratique du sport et autres attributs qui font qu'on se sent REELLEMENT responsable de nous-mêmes, de notre santé et de celle des autres...

  • Je suis allée acheter le bouquin du Dr Choffat. J'ai déjà commencé à le lire et m'a déjà convaincu!!!

    • Mais quelle réactivité !

      Je vous recommande tout de même la même prudence et un recul critique que pour toute lecture concernant les vaccinations (pro ou anti). Le Dr Choffat cite énormément de références, il vaut peut-être la peine d'aller y jeter un oeil.

      Dans tous les cas, un plan de vaccination personnalisé pour votre enfant que vous suivrez d'entente avec votre pédiatre est certainement la solution la plus sage. De ce que je sais, il est possible de faire des vaccins isolés, et de refuser ces combinaisons de vaccins standards.

  • Ne vous faites pas de soucis, je suis une personne qui a "la tête sur les épaules". Je ne suis pas une anti-vaccin. Mais je pense que de vacciner un bébé à 2 mois, c'est bien assez tôt. De toute façon, je vais en discuter avec la pédiatre. J'aimerais ce qu'il y a de mieux pour mon enfant (Comme tout parents, j'imagine) et c'est pour cette raison que j'en parlerai avec la pédiatre et prendrai la décision qui me semblera la plus adaptée à mon enfant et à notre façon de voir les choses.

  • Bonjour bonjour,

    Je rebondis sur cet article aujourd'hui car il se trouve que j'ai lu récemment un billet dans un blog d'un bébé atteint de la coqueluche et qui n'était justement pas vacciné.

    Ce que disait la maman était intéressant. à savoir, le gros problème était que plus personne ne connaissait cette maladie et ne savait la diagnostiquer. Donc un détail important avant de ne pas vacciner ses enfants: avoir un pédiatre / médecin qui saura quoi faire le jour où ces fameuses maladies arrivent.

    Résultat, le bébé a quand même passablement souffert pendant 1 mois, sans compter la dose d'antibiotique qu'il a récupéré. Au final je me demande si une petite dose de vaccin n'aurait pas été mieux pour lui. Mais voilà, chacun ses convictions.

    Autrement j'ai tout de même posé la question à mon pédiatre avant de faire le vaccin du ROR, à 11 mois car début de la crèche. Ses conclusions étaient les suivantes:

    Bienfaits pour le bébé (fille):

    - rougeole: c'est tout de même mieux car le risque d'encéphalite avec une rougeole sur un bébé est très élevé, et sans provoquer la mort il peut provoquer de sérieuses lésions au cerveau

    - oreillons: pas d'intérêt car c'est une fille

    - rubéole: indispensable car elle en aura besoin à l'age adulte.

    Bienfaits pour la société:

    - rougeole: pour protéger ceux qui ne peuvent pas être vaccinés (bébés de moins de 1 an à la crèche, personnes immunodéprimées...)

    - oreillons: idem rougeole mais pour les garçons

    - rubéole: pour protéger les femmes enceintes qui n'auraient pas pu être vaccinées avant d'être enceinte, celles pour qui le vaccin ne fonctionne pas (ça arrive), celles qui pensaient qu'elles avaient été vaccinées dans leur enfance, mais en fait non...

    Pour le problème de limiter le nombre de vaccins. C'est vrai qu'actuellement, soit on les faits tous, auquel cas on ne récupère qu'une fois les adjuvants et autres composants douteux, soit on décide de n'en faire que 1 ou 2. Dans ce cas, on va devoir malheureusement utiliser des vaccins "mono-maladie" et récupérer autant de fois les adjuvants que le nombre de maladies "choisies". Ce qui n'est pas vraiment mieux au final.

    On peut tout de même se féliciter qu'à moins d'avoir de fréquents contacts prévus avec certains pays, on peut maintenant se dispenser du vaccin contre le BCG.

    Pour rappel, dans la génération de nos parents, le vaccin contre la polio n'existait pas. Et il y a beaucoup de personnes qui l'ont eu, avec au final des malformations à la clef. Si aujourd'hui on ne voit quasiment plus de cas de polio, c'est grâce à la vaccination.

    En ce qui concerne le tétanos, il faut savoir qu'il existe le tétanos du nourrisson, transmis lors de l'accouchement si les conditions de salubrité sont insuffisantes (rarement le cas en Suisse il est vrai). Dans ce cas, seule la vaccination des femmes permet de prévenir la mort du bébé. C'est une cause de mortalité importante dans les pays défavorisés.

    L'immunité de la mère est transmise à l'enfant par son sang via le cordon ombilical, et la protection dure pendant environ 4 semaines chez le bébé. Au delà, il n'a plus d'immunité contre les maladies pour lesquelles la mère est vaccinée. L'allaitement ne fourni pas ces anticorps, donc il ne permet pas de s'affranchir de la vaccination. C'est pour cette raison que les vaccins importants (D-T-polio-coqueluche) sont donnés à 1 mois de vie. L'allaitement n'est pas un remède miracle (et pourtant je suis pro-allaitement et allaite encore ma fille de 14 mois. ça ne l'empêche de loin pas d'avoir un rhume de temps en temps, alors j'imagine même pas ce qui arriverai si c'était autre chose...)

    Pour finir, Laurent dit qu'on meurt bien plus des accidents de voiture. On pourrait compléter en disant qu'au final, on risque tout de même bien moins de complications avec vaccin que sans vaccin, et que cela reste encore bien loin devant la probabilité d'avoir un accident de voiture, donc si ces probabilité sont si faibles, pourquoi faire tant de bruit autour de ça.

    Et une toute dernière remarque: si un jour le vaccin contre le VIH ou contre le cancer arrive, tu seras contre aussi?

    Voilà comme ça tu auras eu ton commentaire septique 😉

    • Héhé, un peu de réaction 🙂

      je ne rebondirai que sur la dernière remarque (vu que j'ai probablement déjà donné mon avis sur le reste): concernant le vaccin contre le cancer, j'imagine qu'il y en aurait autant qu'il y a de cancers... Il y a déjà d'ailleurs le fameux vaccin contre le cancer du col de l'utérus (cf le lien que j'ai posté plus haut), qui est très controversé et ne serait efficace qu'à 20%, sans qu'on ne connaisse vraiment les risques associés. Donc plutôt contre jusqu'à preuve d'une efficacité intéressante. Et je ne ferai certainement pas ce vaccin à ma fille.

      Contre le VIH, je ne le ferais pas personnellement, question de style de vie et de bouts de latex (oui, je sais, c'est pas fiable à 100%, mais les vaccins non plus). Pour mes enfants, ça serait à envisager au cas par cas, mais j'espère plutôt leur faire comprendre comment limiter les risques. Cet hypothétique vaccin serait peut-être intéressant dans d'autres pays beaucoup plus touchés.

      Tout ça pour dire qu'il n'y a pas de solution miracle, qu'il y a des risques avec toutes les options, et qu'on fait au mieux avec le peu qu'on sait...

    • Coucou, cela fait des jours que je me dis qu'il faut que je réponde à ceci, mais avec PetitBébé21 qui ne fait pas encore ses nuits, je ne suis plus que l'ombre de moi-même, et je n'ai pas toutes les idées en place.
      Dans l'ensemble, je suis assez d'accord avec Laurent.

      Pour chaque maladie pour laquelle un vaccin est recommandé, il y a bien sûr des risques de complications graves. Je reconnais également la diminution des maladies pour lesquelles un vaccin a été trouvé. Maintenant, je considère les programmes de vaccination comme le calvaire de Sisyphe : à peine a-t-on éradiqué une maladie qu'une autre pointe son nez menaçant sur notre riche société (SIDA, diabète, cancer...). Pour les pays défavorisés, c'est toute une autre histoire et les programmes de vaccination ont peut-être bien plus de sens là-bas.

      Tant que nous n'aurons pas le tableau final avec les conséquences à long terme sur la santé des vaccinés (intolérance et allergie, ou autre déficience immunitaire), je laisse ma confiance envers les médecins qui recommandent des vaccins ciblés et adaptés (souvent plus tard dans l'enfance et non pas quand ils sont encore tout petits) que le cocktail qu'on donne aux nourrissons actuellement. Bien sûr, si nous devions voyager dans un pays moins "sûr" que la Suisse, nous ferions les vaccins nécessaires à toute la famille.

      Donc, je ne suis pas sûre qu'il y ait moins de complications avec vaccin que sans vaccin car comme l'écrit le Dr Choffat, il n'y a pas de volonté sociale ou politique à consigner les complications éventuelles des vaccins. Pendant des décennies, l'industrie de la cigarette a combattu des "Dr Choffat" qui osaient prétendre que la fumée pouvait être nocive. Je conclus donc en disant que les probabilités d'avoir des complications sont peut-être bien plus élevées qu'on ne le croit. Pour le VIH, je leur expliquerai l'usage de la capote. Pour les cancers, il y en a tant qu'un seul vaccin universel me paraît illusoire à les éradiquer tous. Donc non, je ne pense pas que je leur ferait faire ce vaccin non plus.

  • Je n'ai pas lu tous les commentaires, c'est un sujet très vaste, complexe et qui soulève bien des arguments. J'ai depuis très longtemps un feeling contre la mentalité dans la médecine traditionnelle qui m'irrite et c'est pourquoi je ne vais pas commencer a débattre. J'habite de l'autre coté de la frontière, et les connivences entre groupes pharmaceutiques / laboratoires, le gouvernement, la justice, et évidemment les gros sous m'enrage. Les sous, les sous toujours les sous. A cause d'eux la vérité est très opaque et les détracteurs sont labellisé "radicaux hippy altermondialiste en marge de la société". En france un père de famille à fait de la prison pour avoir refusé de faire vacciner sa postérité, ça va très loin, et tout ça sur basé sur des rapport scientifiques "indépendants" produits par des "scientifiques" qui n'auraient rien a manger si les grands groupes pharmaceutique ne leur donnaient pas de boulo. Notre pédiatre à l'obligation de nous proposer le vaccin pentamachin à chaque visite mensuelle de bébé, meme s'il connait notre choix et qu'il sait que nous connaissons nos droits. C'est le titre de cet article qui m'a interpellé, car en France nous n'avons pas le droit de choisir, refuser de vacciner passé un certain âge est criminel. Aussi, les vaccin à la carte (comprenez non pentavalent) sont impossible à se procurer.

    C'est un bouquin écrit par une association Romande de médecins qui m'a aidé a bien comprendre mon choix et à obtenir des infos moins biaisés: "Qui aime bien vaccine peu" aux éditions Jouvence (il faut que je vérifie l'auteur) C'est un petit livre très clair et pratique (les vaccins sont listés et analysés un par un) qui informe sur les risques, les effets, les avantages, l'efficacité et l'utilité de chaque vaccin. Que chacun lise et se fasse son idée, ça nos pédiatres n'en savent pas plus que nous dans la plupart des cas, vu la source de leur information.

    • C'est un sujet toujours d'actualité et toujours très chaud. De plus, si les parents suisses ont le choix, cela n'empêche pas le regard des autres (pédiatre, parent "conventionnel" ou responsable scolaire) et leur désapprobation. Peut-on reprocher à un(e) pédiatre de ne pas connaître toutes les conséquences d'une vaccination ? Quelque part, je peux comprendre qu'il est plus confortable de suivre les instructions officielles de l'Office fédérale de la Santé Publique, d'utiliser les vaccins proposés par les pharmas tels quels et de se fondre dans le moule. La remise en question du plan de vaccination et du contenu des vaccins implique une méfiance envers les autorités et des entreprises "respectables". Et ce pourquoi ? Pour quelques yéyés qui se posent (trop) de questions ?

      Je crois bien que la grippe H1N1 a révélé un petit bout de cette relation immorale entre l'OMS, les pharmas et les gouvernements : les chiffres du gaspillage autour du vaccin H1N1 donnent le vertige. Crier au loup, ça rapporte gros...
      De plus, quand on creuse un peu (le net), l'OMS pullule d'experts en conflits d'intérêt. Etonnant, non ?

  • Un post qui date un peu, mais reste (malheureusement/heureusement?) d'actualité. Et comme la dernière réponse de Madame 21 date de cette année, je me permets. J'arrive par hasard sur ce blog que je ne connaissais pas, mais qui m'intéresse au plus haut point, car il reflète en grande partie mes propres convictions. La question des vaccins s'est posée quelques mois avant la naissance de ma première. Résultat ? Une lecture assidue des ouvrages du Dr. Choffat. J'avais eu la chance de pouvoir faire suivre ma petite par un médecin homéopathe genevois totalement ouvert à la non-vaccination. En arrivant sur Vaud, j'ai déchanté après avoir été mise dehors manu militari par une pédiatre résolument pro- (ce que je ne savais pas) et qui refusait même la possibilité d'en discuter : elle m'a tenu le plan vaccinal officiel et m'a mis à la porte. Un mal pour un bien. Je vais rencontrer pour la première fois les dr. Elimger cette semaine. L'épisode précédent m'a particulièrement secouée, dans ma grande naïveté de femme à nouveau enceinte. Même si je n'ai à aucun moment remis en doute mes choix, je n'ai pas pu m'empêcher de trouver du réconfort dans la lecture de spécialistes éclairés (en plus de poster ici ce soir). Alors, pour les intéressés, n'hésitez pas à consulter les ouvrages de la pédiatre homéopathe Fr. Berthoud. Elle aussi permet de réfléchir sur le sujet...

    • Bonjour GMJ et merci pour ce témoignage et ces informations fortes intéressantes. Je suis ravie que ce blog vous plaise, cela me motive à l'alimenter malgré le peu de temps que j'ai encore à disposition.

      Actuellement, nous avons une pédiatre conventionnelle pour les maladies style gastro, bronchite ou otite, et nous gardons Elmiger pour le traitement de fond. Je ne sais pas pourquoi, mais le fait qu'un livre remettant en question la vaccination soit écrit par un médecin homéopathe, ça m'interpelle moins que s'il était écrit par un non homéopathe, car je fais un raccourci dans ma tête : homéo=anti-vaccin et conventionnel=pro-vaccin (bien sûr, il y a des pro et des anti dans les deux "camps").

      • Effectivement, il y a des "pro" et des "anti" dans les deux camps, mais je crois que le débat se situe autre part, et les ouvrages des Dr. Choffat, Elmiger ou Berthoud pour le domaine suisse le résument bien : il ne s'agit pas se poser en pro- ou anti- vaccins, mais de réfléchir à la pertinence de chacun, à leur utilité et aux bénéfices/inconvénients qu'ils peuvent apporter, surtout dans un pays comme le nôtre où la qualité des soins est celle qu'elle est. Ce que j'aime dans ces ouvrages, c'est l'ouverture au dialogue : il ne s'agit pas de dicter une conduite, mais d'amener les gens à réfléchir. Le groupe de réflexion sur les vaccins, dont font partie ces médecins, ne dit pas le contraire : ne choisissez pas un pédiatre parce qu'il est pro ou anti. Choisissez-le pour sa compétence et discutez avec lui de vos choix personnels.

  • j'ai deux enfants, j'ai pas vacciné ni l'une, ni l'autre. la premeiere est née le 2001, Roberta n'é jamais eté malade, meme pas un grippe en 12 ans. pas d'allergie, meme pas un mal de gorge. la deuxieme est née le 2011 et pour l'istant c est la meme chose. excuse moi pour mon francaise.

    • Bonjour Saraforlano, et merci pour ce témoignage. Par contre, j'ai une question : est-ce que Roberta ne devrait pas faire la varicelle avant que cette maladie ne devienne dangereuse ?

  • Bonjour;

    J ai un petit garcon de6mois en pleine forme que j allaite et j ai decidé avec mon mari de pas vacciner!

    Cmt vacciner quand vous demandez a votre pediatre:si mon bebe attrape la coqueluche a 3mois mais qu il

    a recu qu un vaccin?!on fait cmt?

    Pediatre:pas repondu....

    On m a dit aussi le vaccin hepatite B est au frigo on peut le faire aussi en meme temps!

    Mais biensur un vaccin en plus de tous les autres pas de probleme!

    Qqun pourrait m informer?ma pediatre m a dit que l unique vaccin à administrer seul est le tetanos?est ce vrai?

    La coqueluche ou diphterie ne peut s obtenir seul? Merci

    • Bonjour letizia,
      J'ai reçu de ma pédiatre la liste des vaccins disponibles en Suisse. Cette liste est également visible sur la page d'infovac.ch : http://www.infovac.ch/index.php?Itemid=98 > Liste des vaccins disponibles.

      Pour notre part, nous allons faire bientôt le vaccin Tetanol pure contre le tetanos uniquement. Je ne sais pas s'il y a d'autres vaccins isolés, il faudrait inspecter la liste que je viens de mentionner.

      L'homéopathe qui suit nos enfants nous a dit que le vaccin contre le tetanos n'était pas nécessaire car il suffirait de bien soigner en cas de blessure ou d'incident. Toutefois, comme nous allons souvent dans la vieille ferme de mes beaux-parents et qu'il y a beaucoup de clous rouillés, nous préférons faire le vaccin tout de même. J'ai par contre déjà demandé un drainage homéopathique.

      Pour ce qui est de l'introduction des aliments, notre homéopathe nous a dit que les dernières recommandations pédiatriques penchent pour "pas d'ordre, mais avec toujours au moins 3 jours avant l'introduction d'un nouvel aliment". Ce précepte a changé entre notre premier enfant (4 ans) et le 2e (2 ans) : pour le premier, nous avions reçu une liste précise de ce qu'il fallait introduire chaque mois... L'explication étant qu'il est préférable pour le nourrisson d'ingurgiter de petites quantités d'aliments potentiellement allergènes lors de ses débuts que plus tard en plus grande quantité.

  • Quand on commence l intégration des aliments vers 6mois d apres les plans alinentaire on donne le jaune d oeuf dur?

    On ns dit attention aux allergies...dans certains vaccins y aurait pas de la proteine d oeuf?

    Les vaccins d aujourd hui ne sont plus adaptes à nos modes de vies!meilleures hygiènes!

    Juste apres la fermeture et licenciement d une entreprise pharma on a le droit a des campagnes de vaccinations coqueluches c est fou non?

  • J'établis volontiers le certificat de décès de votre enfant que vous avez sciemment décidé de ne pas vacciner contre la rougeole.

    Car, oui, la rougeole c'est bénin sauf quand ça TUE. En général un enfant.

    Bravo, merci de continuer à divulguer autant d'inepties sur internet.

    • Ca c'est constructif, merci Dr21!

      OK, voyons quelques statistiques suisses. Tous les chiffres que je vais citer viennent de http://www.bag.admin.ch/themen/medizin/00682/00684/01087/index.html?lang=fr et http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/news/publikationen.html?publicationID=5177 .

      Cas de rougeole par année "normale": 50 (en cas d'épidémie, peut dépasser 2000, je garde 2000 pour la suite)

      Taux de décès (en Suisse): de 0.1% à 0.3% (je garde 0.2% pour la suite)

      Décès par année "normale": 50x0.2% = 0.01 (2000x0.2% = 0.4 en cas d'épidémie). Oui, je sais, ce ne sont que des statistiques, mais je n'ai pas trouvé les vrais chiffres de décès pour la rougeole, il y en a tellement peu... Mais en gros, moins d'un par année, même en cas d'épidémie.

      Accidents mortels et morts violentes en 2010: 3566

      Je n'ai aucune idée du pourcentage d'enfants et de jeunes. Mais les taux ci-dessus pour la rougeole ne sont pas limités aux enfants non plus. Donc il y a presque (pour une année avec une épidémie de rougeole) 9000 fois plus de (mal)chance de mourir d'un accident que de la rougeole.

      Alors bon, c'est pas pour dire, mais il ne faudrait pas non plus exagérer avec les risques de la rougeole. Oui, il y a des risques de faire des complications, ils sont heureusement limités dans notre pays. Mais il y a aussi des risques (très mal documentés à ma connaissance) d'avoir des effets secondaires dangereux avec les vaccins, d'autant plus qu'on vaccine de plus en plus, y compris pour des maladies bénignes.

      Pour ma part, je pense qu'on a plus à gagner à améliorer la sécurité routière.

      Et la plupart des messages ici parlent de retarder la vaccination à un âge où elle sera moins dangereuse pour un système immunitaire en plein développement. Perso, je vaccinerai mes enfants avant l'adolescence, s'ils n'ont pas fait la rougeole d'ici là.

      A bon entendeur, salut!

      PS: je ne suis pas médecin

  • Bonjour Laurent,

    Si vous décidez à critiquer un médecin déjà commencez à faire des maths correctement:

    2000x0.2% = 4 en cas d'épidémie

    Donc dans un cas d'épidémie ça fait 4 morts. D'ailleurs les cas d'épidémie n'arrivent pas parce que on est méchants ou parce que le "bon Dieu" a décidé, ils arrivent parce que des parents "irresposables et égoistes" qui ne vaccinent pas leurs enfants (je ne fais que réprendre les termes lus) permettent aux maladies de se sentir à l'aise avec vos enfants.

    Je me base sur des faits, pas sur des rumeurs:

    http://www.dailymotion.com/video/xq20i6_region-faute-de-vaccination-certaines-maladies-infectieuses-sont-en-recrudescence_news

    Les mouvements anti-vaccins se sont formés comme des groupuscules de la même manière que l'église de la Scientologie prétend faire de la (Pseudo) science.

    D'ailleurs ils se sont formés à la suite d'un article scientifique frauduleux qui faisait le lien entre la vaccination et l'autisme. Ce n'est pas moi qui l'appelle frauduleux mais le même journal qui l'a publié et qui à demandé des excuses publiques, puisqu'ils se sont fait berner par un Dr. qui avait des conflits d'intérêt et avais besoin de fric:

    http://en.wikipedia.org/wiki/MMR_vaccine_controversy

    Si vous êtes encore sceptique par le bien fondé de la vaccination je vous encourage à regarder ce graphique (lire c'est du bonus, mais je vous assure, ça rend moins bête)

    http://www.forbes.com/sites/matthewherper/2013/02/19/a-graphic-that-drives-home-how-vaccines-have-changed-our-world/

    Données scientifiques et pas « occultistes » comme celles des anti-vaccins.

    Pour finir, si vous êtes aussi stressés par les vaccins, maladies, bronchites et petits bobos, alors il n’y a qu’une solution : N’AYEZ PAS D’ENFANTS, parce que toutes ces préoccupations viennent avec, et cela ne s’arrête pas aux 18 ans (ou l’adolescence) comme certains le pensent

    A bon entendeur aussi

    PS . Je ne suis pas non plus médecin

    • Bonjour Daniel,

      au vu du contenu du message de Dr21, je ne pense pas qu'il s'agisse d'un médecin. Et je ne vois pas de critique de Dr21 dans mon message, mais plutôt des faits basés sur des chiffres officiels. OK, je me suis trompé dans un chiffre, mais pas dans le sens que vous pensez. Si vous aviez lu mes sources, vous auriez vu que le 0.2% que je cite est en fait 0.02% (1-3 sur 10'000). Et le résultat est donc correct (0.4 en cas d'épidémie).

      Je ne suis pas sceptique sur le bien fondé de la vaccination, mais uniquement sur le plan officiel (qui demande de multiples vaccinations à des nourrissons dont le système immunitaire n'est pas encore développé). Je ne pense pas qu'on puisse nier les bienfaits apportés par les vaccins, et vos liens le montrent bien. L'éradication (ou la protection contre) des maladies dangereuses ou mortelles est une réussite des vaccins et de la science. N'empêche que dans le contexte actuel, on est en droit de se demander s'il ne vaut pas mieux attendre un peu plus pour pouvoir vacciner moins et plus tard, surtout s'agissant de maladies bénignes (même si elles peuvent malheureusement dégénérer dans quelques très rares cas).

      La vie n'est pas noire et blanche, il y a des nuances. Mes enfants se portent bien, ils sont partiellement vaccinés, ils sont parfois malades, ils se font des bobos, et rien de tout cela ne me stresse particulièrement.

      Bon week-end,

      Laurent

  • Bonjour. Ayant un enfant victime d accident vaccinal si je peux dire ainsi, suite au ror a 12 mois, probleme neuro retard de developpement global motricité et surdité sévère, je conseille egalement aux parents de se renseigner sur les adjuvants/ ou autre du vaccin. (Plutôt que dire " les âneries que l on peut trouver sur le net..." car vous n etes visiblement jamais tombé sur une victime de nos chers vaccins. Permettez moi de ne pas croire en les vaccins en general quand, 7 mois apres le boostrix j attrape la coqueluche, et, ma fille de 6 mois allaitée a l epoque, aucunement vaccinée n a rien eu du tout (et c est seulement a ce moment là que le medecin me previent qu aucun vaccin n est efficace a 100%, rxplication pr bébé non vacciné, 24h sur 24 en contact avec la maladie ca4 allaitée? ?: tout d un coup les anticorps d allaitement ne seraient pas un mythe selon les docteurs des urgences...) voila mon commentaire. Ne continuez pas a prendre la vaccination pr dieu le pere, au contraire, c est l hygiene qui a gait diminué les maladies.

    • Merci Paloma pour ce témoignage. Oui, idéalement, il faudrait se renseigner sur les adjuvants, mais comment faire en si peu de temps lorsqu'on a un bébé pour la première fois ? Il faut, en moins de 2 mois, se réorganiser complètement pour une nouvelle vie en famille, ET peser le pour et le contre sur les risques et bénéfices des vaccins. Quel défi !

    • Personnellement, je ne recommande pas du tout. Certes il y a un effort de vulgarisation, mais les raccourcis sont racoleurs et mensongers.

      Exemple 1 : Selon le pharmachien : "Fabriquer et vendre des vaccins, c'est de la merde" (sous-entendu, ce n'est pas un marché qui rapporte vraiment beaucoup d'argent). Quand on pense qu'il y a 80'000 enfants qui naissent en Suisse par an, et tout autant de clients "captifs" dès leur première année de vie pour une vaccination à 2, 4, 6 et 12 mois, et tout au long de leur vie pour tous les rappels, cela fait beaucoup d'argent en jeu.
      Sur un autre plan, rappelons-nous les millions de vaccins contre la grippe h1n1 qui ont été achetés par notre Confédération. Et je ne parle ici que de notre toute petite Suisse... Extrapolez ceci à la France où certains vaccins pour les enfants sont obligatoires, puis à l'Europe voire au monde entier, tout cela fait vraiment beaucoup beaucoup d'argent...

      Exemple 2 : Selon le pharmachien, il n'existe aucune donnée scientifique qui suggère que les vaccins causent systématiquement l'autisme ou d'autres maladies graves.
      Là, je le crois volontiers ! Mais la vraie question est plutôt : pourquoi n'existe-il aucune étude à ce sujet ? Parce que cela coûte cher, parce qu'il serait très compliqué de faire un suivi sur plusieurs années et sur des milliers de patients, parce que cela pourrait mettre fin à ce commerce lucratif, parce qu'il n'y aucune volonté politique, parce qu'il est très mal vu de s'éloigner de la pensée unique...
      Selon le pharmachien, "si des études crédibles dans le futur démontrent que certains vaccins représentent un danger pour la population, les professionnels de la santé n'auront aucune hésitation à modifier leurs recommandations". Je pense que le pharmachien est un peu naïf...

      Si les premières études montrant un lien entre le tabagisme et le cancer du poumon datent du début du 20e siècle (voir sur wikipédia ou sur OxyRomandie), il faudra attendre plusieurs décennies (l'an 2001 selon OxyRomandie) avant que l'industrie du tabac reconnaisse le problème.
      Les scientifiques, ça s'achète. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est le US National Library of Medicine National Institutes of Health, qui publie un article détaillé à ce propos où un chapitre est intitulé "Buying scientists" ("The tobacco industry continues to fund, directly or indirectly, prestigious academic centers and scientists in its effort to achieve scientific credibility.[...]").

      Je ne dis par qu'il faut remplacer "tabagisme" par "vaccination", "cancer du poumon" par "maladies graves", et "industrie du tabac" par "industrie pharmaceutique". Je dis juste que tous les ingrédients sont là pour aboutir à une situation similaire dans le cas où une étude prouverait que les vaccins sont plus nocifs que bienfaisants.

  • Bonjour,

    Merci pour ce post ainsi que les précieux renseignements dans les commentaires.

    J'ai donc une question subsidiaire: qui et comment avez-vous trouvé comme pédiatre qui ne soit pas fermé à la non-vaccination ou à un retard de vaccination (et qui accepte encore de nouveaux patients!)? Existe-t-il des avis de parents sur ce sujet ou doit-on téléphoner à chaque pédiatre de Lausanne pour trouver la perle rare?

    J'attends un enfant pour dans deux mois et suis donc à la recherche de quelqu'un de bien! Je ne suis pas totalement fermée aux vaccins, mais pense qu'il faut peser le pour et le contre et surtout retarder les vaccinations par rapport au plan 'officiel'.

    • Chère Mae, nous avons entendu les mêmes besoins de la part d'amis qui viennent d'avoir un enfant. Suite à votre commentaire, j'ai écrit à infovaccin pour leur demander des adresses de contact mais je n'ai reçu aucune réponse malheureusement. Peut-être vous faut-il persévérer et demander autour de vous (par ex. sur bebe.ch) ? Bon courage et bonne suite pour votre grossesse.

  • La vaccination, un chapitre qui ne sera jamais clos... Nos enfants, 13 ans, vont bientôt recevoir le vaccin contre l'hépatite B. Via l'école, qui comme chaque année pour cette classe d'âge, lance sa campagne. Elle en profite pour informer relativement à la vaccination des jeunes filles contre le papillomavirus, les retards ou rappels de vaccins, l'hépatite. Et comme à chaque fois qu'un vaccin est proposé, je suis dans les affres de la réflexion... Et comme à chaque fois, on fait vacciner nos enfants, avec accompagnement d'un drainage homéo. Pour ce vaccin-là, le drainage commence 1 semaine avant et se poursuit 15 semaines après. Pffffffff, jamais vu aussi long. En règle générale, c'étaient 2 ou 3 doses. Mais au moins cela m'aide à moins culpabiliser. Parce que moi aussi j'oscille entre la volonté d'être solidaire (le bienfait pour la société) + d'aider mon enfant, et celle de lui épargner ce qui ne lui est pas utile, voire nuisible. Mais la pression sociale (complètement intériorisée, d'ailleurs) est forte...

    J'aimerais beaucoup, moi aussi, trouver un pédiatre dans ma région, qui soit ouvert à l'homéo, critique, dialogueur... Nos enfants ont été suivis durant des années à Cossonay par une homéopathe très sympathique. En plus de leur pédiatre "de village". Mais ses prescriptions, de terrain, n'étaient pas faciles à suivre. Puis nous avons contulté un homéo réputé sur Genève, par deux fois. Mais pour y aller, il fallait compter 2h de trajet...

    Je vais acquérir le 1er livre du Dr Elmiger, que je ne connaissais pas.

    Merci pour ce post !

    • J'ai envoyé un mail cet été au groupe infovaccins pour demander des adresses afin de trouver un(e) pédiatre pouvant conseiller une autre voie que celle du plan de vaccination officiel, mais ce spécialiste ne devrait pas être anti-vaccin. Malheureusement, zéro réponse.

  • Bonjour à tous, voici à ma connaissance des livres sur le sujet "La bonne santé des enfants non vaccinées" de Françoise Berthoud des éditions Jouvence" , "Vaccins, mensonges et propagande de Sylvie Simon" et "Vivre sans vaccins de Andreas Bachmair"

  Laisser un commentaire